Actualités

Des études, de la plasticité et des réseaux de neurones…

Nous observons chaque année de pauvres étudiants (surtout autour de la 3e-4e année) qui, tout d’un coup, semblent perdus comme des poulets sans tête dans une basse-cour. Leur problème est qu’il ne se souviennent plus de rien ou qu’ils n’arrivent plus à apprendre toutes ces magnifiques nouveautés proposées à chaque cours ! Qu’ils se rassurent, c’est un processus normal.

Pour les sciences cognitives, avec de nouveaux apprentissages, nous devons former de nouveaux réseaux de neurones, puis les consolider par la répétition de l’utilisation des compétences. Cela se fait pendant les deux ou trois premières années dans une logique de construction de bases. Puis, soudain, en troisième année, tout est inversé, l’étude des pathologies crée une énorme explosion neuronale où, tout étant enseigné différemment, les références précédentes se dissolvent et sont à reconstruire. Cette plasticité neuronale n’est pas instantanée, et il y a un temps de latence avant de pouvoir atteindre un nouveau palier de progression avec des nouveaux réseaux tout neufs ! Il est urgent d’attendre et, si vous m’avez compris, c’est que je vous l’ai mal expliqué !!!

image. geralt@pixabay