Actualités

torretn

La force du pouls

La prise des pouls, qui nous sert de diagnostic et de mesure de l’évolution de la séance, est un outil essentiel en médecine chinoise mais aussi dans d’autres médecines de terrain.

La prise des pouls était aussi très utile en médecine occidentale avant que celle-ci ne s’appuie plus que sur les examens médicaux. Il suffit de voir tous les traités de sphygmologie encore édités au XIXe siècle. Le pouls est instable par nature, puisqu’il est le reflet des efforts que l’on fait et de l’impact qu’ils ont sur notre système vivant.

Les pouls et la force intérieure du patient

Dans le chapitre 21 du Su Wen, il est expliqué que, face à une contrainte comme la chute dans un cours d’eau, la respiration haletante qui apparaît provient des Reins et des Os. Si le sujet est courageux, l’énergie circulera normalement. À l’inverse, chez un sujet peureux, cela freinera la circulation énergétique et la maladie apparaîtra.

Le praticien devra donc évaluer l’agent causal (le pervers de froid-humidité de l’eau) et le terrain (le profil courageux ou peureux du patient) pour aborder au mieux sa pathologie. Par l’évaluation de la stabilité des pouls et de leur puissance, on estime d’emblée cette présence ou cette absence de force intérieure du patient.

Il existe également une méthode que j’utilise dans mes traitements. Elle est issue du travail de Nogier qui permet, par l’observation et la stimulation de certains points spécifiques, d’évaluer cette force intérieure du patient. Pour ne pas se cantonner à un traitement symptomatique et ponctuel, c’est une étape indispensable à franchir.